Faut-il chauffer les salles pour refroidir la planète ?

Dans notre vie de tous les jours, il est difficile d’observer le changement climatique et difficile aussi d’évaluer ses dangers pour notre planète et nos vies futures. Une mission que se donnent certains films et documentaires : en mettant des images sur la réalité, jusque-là basée sur des chiffres, ne deviennent-ils pas les meilleurs alliés des scientifiques ?

par Thomas Deszpot
3 min
Une main en feu se pose sur un dessin de la Terre. En arrière-plan, une foule en noir et blanc.
Les foules vont-elles s'emparer du changement climatique pour en faire un sujet de société ? (Illustration CC BY Roger Reuver)

En 2007, l’ancien vice-président américain Al Gore recevait le prix Nobel de la paix pour son engagement contre le changement climatique. Figure de proue du documentaire Une vérité qui dérange, sorti un an plus tôt, il a contribué à démocratiser ces enjeux environnementaux. Son Nobel, Al Gore l’a partagé avec le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Parmi ses membres, le célèbre climatologue français Jean Jouzel. L’occasion pour L’imprévu de le rencontrer cette semaine et de réfléchir aux manières d’évoquer le changement climatique auprès du grand public.

Pour résister au flux d’actu, rejoignez L’imprévu !

— Journaliste

J’ai commencé à lire sur des boîtes de céréales, à écrire sur les pages à gros carreaux d’un cahier mal tenu. Une fois les mots apprivoisés, j’ai voulu les partager : quelques années plus tard, ils sont devenus mon métier.

La Fabrique de l'info

Quand nous avons réfléchi à cette interview au sein de l’équipe, nous avons eu du mal à définir le type d’interlocuteur idéal. Fallait-il rencontrer un réalisateur ? Un représentant associatif ? Un scientifique ? Nous nous sommes arrêtés sur cette dernière idée et avons contacté Jean Jouzel. Considéré comme l’un des plus grands experts français en matière de changement climatique, il est aussi une figure médiatique, habituée des plateaux télé et des interviews. Une position particulière qui tranche avec celle de ses collègues scientifiques, généralement moins exposés. Lorsqu’il s’adresse aux journalistes, Jean Jouzel cherche toujours à parler aux citoyens qui le liront ou l’écouteront. Un exercice permanent de synthèse et de vulgarisation qui lui permet de faire passer des messages et d’alerter en quelques mots l’opinion.

Alors que les enjeux liés au changement climatique me semblent chaque jour plus prégnants, j’ai eu envie de savoir comment faire du climat un sujet aussi social que politique. Devant les nombreux documentaires qui s’attaquent à cette question, il me semblait intéressant de demander à un expert comme Jean Jouzel son point de vue sur ces productions grand public.

Parcourez les sujets oubliés des médias, promenez-vous sur L'Imprévu !