Tabac : succès probant pour les paquets choquants ?

Des images choc ont été apposées sur les paquets de cigarettes depuis le 20 avril 2011. Une mesure mise en place par arrêté du ministère de la Santé, suite à une directive de la Commission européenne en 2005. Une vraie composante de la lutte contre le tabagisme en France ?

par Islam Abdelouali
3 min
Deux paquets de tabac à rouler et un paquet de cigarettes.
12 images choc, un but : lutter contre le tabagisme en France. (Illustration CC BY-NC-SA Thomas Deszpot)

12 images choc, un but : lutter contre le tabagisme en France. Depuis le 20 avril 2011, des images illustrant les ravages du tabac ornent les paquets de cigarettes. Particulièrement violentes visuellement, elles visent à prévenir et influencer la consommation. Des clichés repoussants seront-ils suffisants pour détourner les fumeurs de leur dose quotidienne de nicotine ? L’imprévu a interrogé Estelle Lavier, médecin tabacologue au CHU de Nantes.

Peut-on mesurer l’efficacité de ces images choc ? Quels ont été leurs effets ? 

Dès l’instant qu’on laisse un message, c’est efficace. En revanche, le résultat, lui, arrivera peut-être plus tard. D’autre part, message efficace et arrêt du tabac sont deux choses différentes. Essayer de pointer un problème à quelqu’un, c’est déjà presque solutionner le problème. S’il est interpellé en se disant que ce n’est peut-être pas bien, cela signifie qu’il a un regard négatif sur son comportement et que, potentiellement, ça aboutira au résultat voulu. Mais faire évoluer un comportement ne prend pas cinq minutes ! Il faut donc aider ces personnes à changer progressivement.

Au-delà des images sur les paquets de cigarettes, la meilleure chose qui puisse arriver à un fumeur pour arrêter de fumer c’est qu’il en ait le désir. Ce n’est pas simplement lui répéter : « tu dois arrêter ». Les professionnels sont ensuite là pour accompagner le fumeur dans sa démarche de sevrage. En tant que tabacologue, ce n’est pas mon travail de faire peur aux fumeurs qui viennent me voir, ni de leur dire que s’ils n’arrêtent pas, ils auront un cancer. Ce n’est pas mon rôle d’être négative, mais au contraire, de positiver les choses quel que soit le moment. Les images interpellent mais n’aident pas toujours à changer le comportement des fumeurs.

Dans le sevrage, il y a un temps pour tout. Si vous avez des maux de tête, on va vous donner un médicament pour soulager la douleur et ce sera terminé. Mais on n’aura pas traité le problème. En ce qui concerne le tabac, le temps est long. [Avec les images choc, NDLR], on a déjà amorcé quelque chose dont les effets peuvent se faire sentir après des années. Et le jour où le fumeur arrête, même si cela doit prendre cinq ans, on aura quand même gagné.

Pour résister au flux d’actu, rejoignez L’imprévu !

— Journaliste

J’ai mis du temps à découvrir que les remarques telles que « curieuse » et « pose beaucoup de questions », laissées par les instituteurs sur mes cahiers d’appréciations, constituaient un indice sur mon futur métier. Aujourd’hui, je prends du temps pour comprendre ce qui se passe autour de moi, l’analyser, le partager, avec un penchant pour les sujets de société et les progrès technologiques.

La Fabrique de l'info

Voir des images aussi choquantes sur les paquets de cigarettes m’a interpellée la première fois. En tant que non fumeuse, je me suis demandée si ça joue vraiment sur l’envie de consommation chez les fumeurs, si la photo est susceptible de changer un comportement addictif. En tout cas, je savais que je n’en toucherai jamais une ! Pour trouver des réponses, je me suis tournée vers Estelle Lavier, tabacologue au CHU de Nantes.

Parcourez les sujets oubliés des médias, promenez-vous sur L'Imprévu !