énergies

Avec Solar Impulse, le transport solaire dans une nouvelle ère ?

thomas-deszpot

Les cellules photovoltaïques ne parviennent à réutiliser qu’une partie de l’énergie solaire qu’elles captent. Plus ce taux augmente, plus le « rendement » des cellules est élevé. Ce rendement permet de mesurer l’efficacité des panneaux solaires. Les industriels et les chercheurs tentent bien sûr d’augmenter au maximum ce taux de conversion afin de maximiser l’efficacité des équipements photovoltaïques.

Protéger des véhicules tout en produisant de l’énergie ? Voilà le concept des ombrières photovoltaïques. La surface de ces toitures est utilisée pour disposer des panneaux solaires et ainsi produire de l’énergie. Cette dernière peut être revendue ou bien stockée dans des batteries, qui servent à la recharge des voitures et autres deux-roues électriques.

Inauguré en juillet dernier par Nicolas Hulot, Energy Observer est un bateau à hydrogène qui fait lui aussi l’impasse sur les énergies fossiles. Il est également équipé de nombreux panneaux photovoltaïques, qui lui fournissent une source d’énergie complémentaire. Pour tester et promouvoir les énergies du futur, ce navire s’est embarqué dans un tour du monde.

Solar Impulse est parvenu à boucler un tour du monde sans kérosène. (Illustration CC BY Anthony Quintano)

Cet article est en accès libre. Comme tous les autres sur L'imprévu.

Devenez lecteur-membre

Dans les allées du salon automobile de Détroit qui débute ce samedi, de nombreux véhicules électriques et hybrides côtoient les gros 4×4 polluants, de quoi entrevoir l’avenir de la mobilité. Pour se passer des hydrocarbures, le transport solaire fait partie des alternatives. L’avion Solar Impulse a ainsi bouclé un tour du monde en 2016 grâce à ses panneaux photovoltaïques. Sur les routes ou dans les airs, voyagerons-nous tous demain grâce au soleil ?

Le 9 mars 2015, Solar Impulse 2 décolle d’Abu Dhabi aux Émirats arabes unis. Équipé de plus de 17 000 cellules photovoltaïques, cet avion solaire débute la première étape d’un tour du monde réalisé sans la moindre goutte de kérosène. Malgré son envergure de 72 mètres – plus qu’un Airbus A320 -, l’appareil ne pèse que 2 tonnes. Volant à faible allure, rarement au-delà des 100km/h, il demeure dépendant de la météo. De l’ensoleillement aussi : indispensable pour faire tourner ses moteurs électriques et recharger ses batteries en vue des vols nocturnes.

Coincé à terre durant plusieurs mois du côté d’Hawaii, Solar Impulse est finalement parvenu à achever un périple de 40 000 kilomètres. « C’est un immense succès », clame le père du projet à l’issue de cette aventure. Un Bertrand Piccard aux anges qui ajoute : « On a poussé les énergies renouvelables et les technologies propres dans leur application la plus folle. Jamais personne n’avait pensé que les énergies renouvelables permettaient de faire des choses aussi impossibles que ça ! » Admiratif, Stéphane Guillerez, chef du service modules photovoltaïques au sein du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), a suivi les différentes étapes de cette traversée. Spécialiste de l’énergie solaire, il reste néanmoins prudent lorsqu’il s’agit d’imaginer une transposition grand public de Solar Impulse.

Avec son immense envergure, sa masse réduite et ses ailes couvertes de cellules photovoltaïques, Solar Impulse est-il encore un avion ?

C’est un objet plus lourd que l’air que l’on fait voler dans une direction choisie, on peut donc bien parler d’un avion. Pour autant, il ne faut pas y voir l’A320 du futur. Entre Solar Impulse – ou d’autres prototypes -, et l’avion de demain, il existe aujourd’hui un véritable fossé.

D’un point de vue technologique, comment qualifieriez-vous ce projet ? Faut-il le considérer comme une petite révolution ?

Sur le plan technique, il s’agit d’une intégration très poussée de technologies existantes dans le solaire. Il n’y a pas eu de développement spécifique à ce projet : Solar impulse a utilisé des cellules très performantes, fabriquées par la société américaine Sunpower, filiale de Total. Ce sont les plus efficaces aujourd’hui commercialisées, le très très haut du panier, avec un rendement particulièrement élevé. L’épaisseur infime des matériaux utilisés permet d’augmenter de manière significative le rapport poids puissance.

Les petites gouttes

Adèle, de la précarité de l’auto-entrepreneuriat à la sécurité de la fonction publique

elena-scappaticci claire-berthelemy

Après Amandine, Luc, Axelle et Grégor, la série documentaire dont nous sommes partenaires, Les Petites gouttes, nous embarque à la rencontre d’Adèle, hier écrivaine et éditrice, aujourd’hui cheffe de projet à mi-temps dans la fonction publique. Pauline Antipot, la réalisatrice, raconte comment et pourquoi, un jour, Adèle a quitté sa vie de freelance pour retrouver un travail salarié.

Adèle semble avoir fait le chemin inverse des précédentes Petites gouttes. Elle apparaît sûre de son choix, non ?

Quand je l’ai rencontrée, ce qui m’a marquée, c’est sa sérénité : elle était sûre de ses choix, et elle savait où elle allait. De toutes les Petites gouttes rencontrées, c’était la plus posée. Elle sait pourquoi elle est là. Avant, Adèle était auto-entrepreneure et associée avec des amis dans une maison d’édition. Avec son compagnon, ils attendaient leur premier enfant. Elle a dû prendre une décision et se mettre à mi-temps. Mais dire “j’arrête à temps plein” n’était pas évident.

Des articles faits maison

Loin des effets d'annonce et des communiqués de presse, les journalistes de L'imprévu produisent des articles 100% originaux. Leur but : redonner du contexte à l'actualité sur des enjeux de société (environnement, numérique et travail). Vous voulez en lire plus ? Devenez lecteur-membre de L'imprévu et profitez d'avantages uniques pour un média !

justice

Justice d’instance : petites affaires, grands enjeux

elena-scappaticci

Les Tribunaux d’instance ont été les plus violemment touchés par la réforme de la carte judiciaire de 2007. On comptait 478 TI en 2007, et, entre cette année-là et 2017, 178 ont été supprimés. Qu’on se rassure, la carte en compte 7 petits nouveaux depuis!

Au-delà de la question de son effectivité, la justice de proximité revêt également une importance symbolique majeure dans les territoires. (Illustration : CC BY kynd_draw)

Cet article est en accès libre. Comme tous les autres sur L'imprévu.

Devenez lecteur-membre

Moins médiatisés que leurs illustres collègues, les juges d'instance n'en sont pas moins essentiels à l'exercice de la justice au quotidien. Contre une vision de la justice hors-sol, désincarnée, ils défendent coûte que coûte une vision de celle-ci plus proche des hommes et des territoires. Mais le ministère de la Justice en a décidé autrement. Depuis 1958, date de suppression des juges de paix, la  mode est plutôt à la concentration des moyens et à la suppression des tribunaux. Au risque de dénaturer leur mission de proximité ?

Difficile de trouver des juges témoignant à visage découvert. Dans la magistrature, le devoir de réserve n’est pas une vaine expression. Tout comme la fidélité à sa hiérarchie. Cette culture du secret n’a été rompue qu’à de rares exceptions. Pourtant, la semaine dernière, 250 juges d’instance regroupés en un collectif ont décidé d’adresser une lettre ouverte au Premier ministre, Édouard Philippe, et à la ministre de la Justice, Nicole Belloubet. Paru dans Libération, le texte s’alarme de « la fermeture des tribunaux d’instance », perçue par les magistrats comme l’ultime manifestation de la logique de concentration des lieux de justice à l’oeuvre depuis cinquante ans.

Leur inquiétude semble partagée par l’ensemble de la profession judiciaire, dont une partie a décidé de faire grève mercredi dernier pour dénoncer le projet de réforme de la justice, présenté cette semaine en conseil des ministres. Tribune dans un quotidien national, manifestations, grève et slogans relayés sur les réseaux sociaux… Autant de moyens destinés à attirer l’attention des médias sur la justice d’instance, souvent négligée au profit d’affaires judiciaires plus flamboyantes. « La justice d’instance, c’est un peu moins sexy que la cour d’Assises », m’explique un juge ayant souhaité rester anonyme. « Nous ne traitons ‘que’ des petites choses du quotidien, mais je pense que ces petites choses sont tout aussi importantes pour la paix sociale. »

pollution

Stocamine, Cigéo… Cachez ces déchets que nous ne saurions voir

julia-beurq
En Alsace, une ancienne mine de potasse accueille depuis 1 999 près de 44 000 tonnes de déchets toxiques. Pour ses détracteurs, le projet StocaMine menace la plus grande nappe phréatique d'Europe. (Illustration : Antonin Sabot)

Pour le projet Cigeo à Bure, comme pour celui de StocaMine en Alsace, la France a choisi d'enfouir ses déchets, qu'ils soient radioactifs ou non. En promettant aux élus locaux et aux habitants que ces deux centres de stockage seront réversibles. Une promesse difficile à tenir.

Que faire des déchets ultimes que nous produisons ? Une question qui revient régulièrement sur le devant de la scène lorsqu’on évoque le projet Cigéo à Bure, et la problématique plus générale de l’enfouissement des déchets, qu’ils soient radioactifs ou non. Pour le moment, et ce, jusqu’au lancement d’un « débat national » qui devrait avoir lieu en fin d’année, les polémiques autour du projet Cigéo et de sa supposée réversibilité semblent s’être atténuées. Car au-delà de toutes les questions éthiques que pose cet enfouissement, selon certains chercheurs, c’est le concept même de l’irréversibilité de Cigéo qui cristallise les oppositions.

Un calme tout relatif puisqu’une autre question épineuse, concernant la réversibilité du stockage des déchets et vieille d’une vingtaine d’années, devrait refaire surface ces prochaines semaines. C’est qu’en Alsace, à 200 km à l’est de Bure, 44 000 tonnes de déchets industriels ultimes (mercure, cyanure, amiante, résidus de pesticides, etc.) ont été enterrées entre 1999 et 2002 à StocaMine, une ancienne mine de potasse. Non radioactifs, ces déchets n’en sont pas moins extrêmement toxiques. Et aux yeux de leurs détracteurs, ils pourraient menacer la plus grande nappe phréatique d’Europe.

Gardons le contact

Lisez-nous sans limite

Sur L'imprévu, les articles ne sont pas "réservés aux abonnés" comme sur d'autres médias. Ils sont financés par nos lecteurs-membres, qui profitent d'avantages exclusifs : rencontres avec l'équipe, groupe de discussion sur Facebook, formations données par nos journalistes, et bien plus encore. Vous voulez les rejoindre ?

HADOPI

Hadopi, GAFAM, « mêmes joueurs jouent encore » ?

claire-berthelemy

Dans une dépêche AFP publiée le 8 mars 2009, l’on pouvait lire que le cabinet de la ministre de la Culture, Christine Albanel, estimait que les militants de la Quadrature du net n’étaient qu’une poignée tout juste bonne à faire partir des salves de mails automatiques aux parlementaires.

Pour pouvoir correctement restranscrire les débats et attribuer aux bons parlementaires les bonnes citations, il était nécessaire d’avoir en main un trombinoscope. Jusqu’à ce que la possession en soit interdite. Un rappel au règlement par la député Front de gauche Martine Billard leur permettra de disposer de nouveau de leurs trombinoscopes.

Chez Pcinpact, aujourd’hui NextINpact, le journaliste Marc Rees rivalisait alors d’ingéniosité en publiant un article totalement surligné en noir.

Alors que l’association de défense des libertés numériques La Quadrature du Net lance une action de groupe contre les GAFAM, retour sur la bataille contre la loi Hadopi.

Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, cinq entreprises que l’on range à présent derrière l’acronyme GAFAM. Cinq entreprises dont la gestion des données utilisateurs ou l’optimisation fiscale agressive défraient régulièrement la chronique. Si la semaine dernière, Mark Zuckerberg était auditionné par le Congrès américain suite à l’affaire Cambridge Analytica, Google, Apple, Amazon et Microsoft ne sont pas en reste en terme de scandales.

Trop c’est trop pour une poignée d’irréductibles de l’Internet français. Dont La Quadrature du Net : l’association, créée en 2008 par Philippe Aigrain, Christophe Espern, Gérald Sédrati-Dinet, Benjamin Sonntag et Jérémie Zimmermann, à l’occasion d’une bataille géante livrée contre la loi Hadopi, passe la vitesse supérieure et lance une action de groupe contre les GAFAM le 25 mai. En attendant la date butoir, elle propose aux internautes de rejoindre, une nouvelle fois, son combat.

inégalités

Sélection à l’université : « une extension du domaine du concours »

elena-scappaticci
Evaluation de la performance, New Public Management, concours télévisés… L’emprise de la notation s’étend

Contribuer à L'imprévu, c'est soutenir un média libre et indépendant

Devenez lecteur-membre

La réforme de l’université fait débat : doit-on oui ou non imposer une sélection à l’entrée dans l'enseignement supérieur, au risque de laisser bon nombre d'étudiants sur le pavé ? Pour Annabelle Allouch, sociologue et auteure de La Société du concours, L'empire des classements scolaires, aucun doute possible : cette réforme s'inscrit dans un processus d'évaluation bâti sur le mérite individuel qui contamine non seulement l'école, mais aussi le monde du travail, sans se soucier des biais sociaux qui faussent ces procédés de sélection.

La sélection à l’université perpétue-t-elle les inégalités ? C’est en tout cas la thèse défendue par Annabelle Allouch, maîtresse de conférence en sociologie à l’Université de Picardie – Jules Verne et auteure de La Société du concours, L’empire des classements scolaires (Le Seuil, septembre 2017).  À l’heure où son éventuelle mise en place ressurgit dans le débat public, entraînant l’occupation de plusieurs universités par des étudiants en colère, la chercheuse dénonce la contamination progressive de la logique de classement propre aux Grandes Écoles à l’ensemble de la société. Évaluation de la performance, New Public Management, concours télévisés… La notation s’étend progressivement  au point de devenir la principale mesure du mérite individuel, sans qu’on s’interroge suffisamment sur les moyens déployés pour freiner la reproduction des inégalités dans l’accès à l’enseignement supérieur et aux postes qualifiés. Décrypté en son temps par Pierre Bourdieu, glorifié par un Nicolas Sarkozy ou un Emmanuel Macron dans leurs discours, l’idéal méritocratique qui sous-tend cette passion française pour les concours est ici décrypté à l’aune de sa récupération par la doctrine néo-libérale et ses apôtres.