L’Avant-Veille du printemps 2017

Nous voilà lancés à toute allure dans la campagne présidentielle. À n’en pas douter, ce printemps sera politique ou ne sera pas. De débats passionnés en prises de position tranchées, l’actualité voit plus que jamais germer les réflexions autour des grands enjeux de société.

par La rédaction
2 min

Manoir sarthois et Peugeot 3008, un voyage transparent en campagne

À seulement un mois du premier tour de l’élection présidentielle, le patrimoine des onze candidats en lice vient d’être révélé par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Les documents, mis en ligne en fin de journée le 22 mars, nous renseignent notamment sur les biens immobiliers des prétendant(e)s à l’Élysée. Du manoir Sarthois de François Fillon, qualifié de « maison individuelle de 3 162 mètres carrés », à l’appartement de Nathalie Arthaud, « acheté à deux ».

Plus insolites, les déclarations effectuées par Philippe Poutou ou Jacques Cheminade. Si le premier indique posséder une Peugeot 3008, le second a tenu à mentionner sa « collection d’objets préhistoriques et précolombiens », estimée à près de 18 000 euros.

Transparence à marche forcée

Les médias ont rigoureusement décortiqué cette publication de la HATVP, surtout après les multiples affaires qui ont émaillé la campagne ces derniers mois. Censés restaurer la confiance des citoyens envers leurs représentants, ces exercices de transparence n’ont jamais fait l’unanimité chez les élus. Le Huffington Post décrivait ainsi en novembre 2014 la défiance de certains parlementaires face à l’action de la Haute Autorité.

Née en octobre 2013, cette dernière reçoit et contrôle les déclarations de patrimoine et d’intérêts de près de 8 000 hauts responsables publics, au premier rang desquels figurent les sénateurs et députés. Le Huffington Post souligne à l’époque que les révélations de la HATVP « relancent régulièrement le débat sur la juste limite à apporter à l’impératif d’exemplarité exigé aujourd’hui de nos responsables politiques ».

Une affiche "vive la bourgeoisie sur un mur" (CC BY björn hornemann)
CC BY björn hornemann
La dictature de la transparence absolue

Le site rappelle que, lors de sa course pour la présidence de l’UMP en 2014, Nicolas Sarkozy s’est élevé contre ce qu’il nommait « la dictature de la transparence absolue ». Un point de vue partagé par Henri Guaino : pour le député LR, « quand il n’y a plus de sphère privée, ça s’appelle le totalitarisme. » D’autres personnalités politiques, « que l’on ne peut soupçonner de ‘rouler’ pour l’ancien président », affichent une position similaire, précise l’auteur de l’article.

« Mieux vaut prévenir que guérir »

Le Huffington Post ne manque pas de nous remémorer l’affaire Cahuzac, survenue deux ans auparavant. Et indique que « lorsqu’il s’agit de rétablir la confiance, mieux vaut prévenir que guérir ». Le site remarque « l’effet délétère des révélations de la Haute autorité », qui a notamment épinglé des parlementaires détenteurs de comptes bancaires en Suisse. Dans cet article, la parole est donnée au président de la HATVP, Jean-Louis Nadal. « La première vertu de la transparence, c’est de dissiper les rumeurs et les fantasmes », assure-t-il, convaincu.

Qu’ils soient ou non convaincus des bienfaits de la transparence, les candidat(e)s à la présidentielles n’ont aujourd’hui d’autre choix que de s’y prêter sans broncher. Marine Le Pen ne fait pas exception à la règle, elle qui déclare parmi ses biens immobiliers le domaine de… Montretout.

Retrouvez en intégralité l’article du Huffington Post, publié le 14 novembre 2014.

Thomas Deszpot 

Précédent
Suivant

Enquêtes, retours, explications, promenez-vous sur L'Imprévu