L’Avant-Veille du printemps 2017

Tout au long de l’année, L’imprévu vous offre un regard décalé sur l’actualité en rebondissant sur les archives des médias. Des quotidiens nationaux aux télévisions locales, des émissions de radio aux médias en ligne, les infos d’hier éclairent notre présent.

par La rédaction
3 min

Mariage gay : l’Asie sort à pas feutrés du placard

La Cour constitutionnelle taïwanaise a tranché : interdire le mariage à un couple de même sexe viole les textes fondateurs qui régissent la vie de l’île. Ce petit territoire, intimement lié à son voisin chinois, devrait sous peu devenir le premier pays asiatique à légaliser le mariage gay. Une décision hautement symbolique à l’échelle du continent. Son gouvernement dispose en tout cas de deux ans pour l’appliquer. Les militants, eux, espèrent obtenir gain de cause d’ici la fin de l’année.

Mœurs et ruptures

Les signaux d’ouverture envoyés par Taïwan restent singuliers en Asie, où l’homosexualité demeure souvent taboue lorsqu’elle n’est pas tout bonnement réprimée. La Chine, qui conserve une influence considérable sur Taïwan, semble néanmoins traversée par un frémissement. Les valeurs familiales traditionnelles évoluent doucement, comme le soulignait en 2011 le journal Le Monde. Au point d’envisager une future légalisation du mariage gay ?

Des militants LGBT défilent lors de la Gay Pride de Taïwan, en 2011.
Des militants LGBT lors de la Gay Pride de Taïwan, en 2011. (Illustration CC BY Carrie Kellenberger)

Le quotidien revenait il y a six ans sur les propos polémiques de l’actrice chinoise Lu Liping, star en son pays. Dans une série de messages, l’intéressée « a qualifié l’homosexualité de ‘crime’ puni par Dieu et pour lequel il faudrait implorer le pardon divin », indique Le Monde. Une prise de position pour le moins engagée qui a fait réagir les internautes : « ces quelques mots qui auraient pu rester sans réponse ont déclenché un débat inédit sur la tolérance envers l’homosexualité », poursuit le journal.

Beaucoup sont condamnés à se muer dans le secret

L’auteur de l’article rappelle qu’en Chine, « les gays et lesbiennes ne sont certes pas victimes de la répression réservée aux militants des droits de l’homme », mais que « beaucoup sont condamnés à se muer dans le secret sous une pression sociale qui favorise la famille traditionnelle et le lignage ».

Renversement

Les propos de Lu Liping ont autant secoué l’opinion publique que les médias. « Même la CCTV, la puissante télévision étatique qui fixe souvent les limites du débat public sous la coupe du Parti communiste, s’est emparée de la polémique, fustigeant l’intolérance », remarque Le Monde. Le quotidien note d’ailleurs qu’une « floppée de starlettes ont également critiqué » l’actrice.

Le débat a le mérite d’être ouvert

Si une légalisation du mariage pour les couples homosexuels n’était pas d’actualité en 2011, cette polémique a mis en lumière la poussée des mouvements progressistes. Sous couvert d’anonymat, un jeune habitant de Pékin témoignait dans les colonnes du journal : « En Chine, la communauté homosexuelle vit essentiellement sous terre, mais maintenant les organisations de défense des droits parlent de nous, la télévision diffuse des reportages sur nous et de nombreuses personnalités publiques nous soutiennent. » « Le débat a le mérite d’être ouvert », résume quant à lui le fondateur d’une association LGBT.

Avec la probable officialisation du mariage gay à Taïwan dans les mois (années ?) à venir, rien n’exclut un effet boule de neige dans les pays voisins. Située à quelques encablures, la Chine sera là en témoin.

Retrouvez en intégralité l’article du Monde, paru le 13 juillet 2011.

Thomas Deszpot 

Précédent
Suivant

Enquêtes, retours, explications, promenez-vous sur L'Imprévu