Numérique

La technologie transforme nos vies, détruit les frontières et bouleverse les rapports humains. Explorons un quotidien où le virtuel devient plus que jamais réel.

HADOPI

Hadopi, GAFAM, « mêmes joueurs jouent encore » ?

claire-berthelemy

Dans une dépêche AFP publiée le 8 mars 2009, l’on pouvait lire que le cabinet de la ministre de la Culture, Christine Albanel, estimait que les militants de la Quadrature du net n’étaient qu’une poignée tout juste bonne à faire partir des salves de mails automatiques aux parlementaires.

Pour pouvoir correctement restranscrire les débats et attribuer aux bons parlementaires les bonnes citations, il était nécessaire d’avoir en main un trombinoscope. Jusqu’à ce que la possession en soit interdite. Un rappel au règlement par la député Front de gauche Martine Billard leur permettra de disposer de nouveau de leurs trombinoscopes.

Alors que l’association de défense des libertés numériques La Quadrature du Net lance une action de groupe contre les GAFAM, retour sur la bataille contre la loi Hadopi.

Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, cinq entreprises que l’on range à présent derrière l’acronyme GAFAM. Cinq entreprises dont la gestion des données utilisateurs ou l’optimisation fiscale agressive défraient régulièrement la chronique. Si la semaine dernière, Mark Zuckerberg était auditionné par le Congrès américain suite à l’affaire Cambridge Analytica, Google, Apple, Amazon et Microsoft ne sont pas en reste en terme de scandales.

Trop c’est trop pour une poignée d’irréductibles de l’Internet français. Dont La Quadrature du Net : l’association, créée en 2008 par Philippe Aigrain, Christophe Espern, Gérald Sédrati-Dinet, Benjamin Sonntag et Jérémie Zimmermann, à l’occasion d’une bataille géante livrée contre la loi Hadopi, passe la vitesse supérieure et lance une action de groupe contre les GAFAM le 25 mai. En attendant la date butoir, elle propose aux internautes de rejoindre, une nouvelle fois, son combat.

numérisation

Pour payer ses impôts en ligne… Encore faut-il une ligne !

thomas-deszpot

Le lancement des déclarations d’impôts ? Nous y voilà ! Sans doute faites-vous partie de ces Français qui réalisent leurs démarches en ligne. À mesure qu’elles se généralisent et deviennent obligatoires, ne vont-elles pas creuser une fracture numérique au sein de la population ?

En attendant l’arrivée du prélèvement à la source en janvier 2019, la campagne de déclaration 2018 des impôts vient d’être lancée ce 10 mars. Opter pour la traditionnelle version papier préremplie reste toujours possible, même si un nombre croissant de contribuables se tournent désormais vers Internet. La « télédéclaration », comme on la surnomme, n’a aujourd’hui plus grand-chose de novateur : elle fête en effet ses quinze ans et constitue une habitude pour les citoyens connectés.

En 2017, une étape symbolique a été franchie. Pour la première fois, une majorité de Français a opté pour la télédéclaration, soit près de 19 millions de personnes à travers le territoire. « Chaque année, la vague monte un peu plus », réagissaient les médias, relatant un phénomène qui semble inexorable. Cette « vague » s’explique en grande partie par la place prépondérante d’Internet dans notre quotidien. Pour s’en convaincre, rappelons-nous qu’en 2016, 86% des Français étaient connectés à leur domicile. Bien plus qu’en l’an 2000, où ce taux ne dépassait pas 15%.

Continuez la discussion avec nos journalistes

Venez dialoguer avec notre journaliste Numérique ! En tant que lecteur-membre, vous avez accès à notre groupe de discussion privé sur Facebook. Une idée de sujet à proposer ? L'envie d'échanger avec les autres lecteurs-membres ou d'en savoir plus sur la fabrication d'un article ? À vous de parler !

Devenez un lecteur à part entière

En devenant lecteur-membre de L'imprévu, vous profitez d'avantages qui n'existent pas dans d'autres médias : des rencontres avec les interlocuteurs de nos articles, des formations données par nos journalistes, un groupe de discussion avec l'équipe et bien plus encore.

Twitter

Internet a une mémoire, gare aux anciens tweets mal Placé !

thomas-deszpot

Nombreux sont les élus à utiliser Twitter et les réseaux sociaux au quotidien, un outil qui se retourne parfois contre eux. Qu’on se le dise : sur Internet, l’amnésie ne dure jamais bien longtemps !

Interpellé à Paris dans la nuit du 4 au 5 avril, l’écologiste Jean-Vincent Placé en prend pour son grade. « Cliente d’un bar, vigiles puis policiers, l’ancien sénateur et ministre, en état d’ébriété, n’a épargné personne », résume ainsi Le Parisien. À l’issue de sa garde à vue, l’intéressé a toutes les chances d’être poursuivi pour « outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique ».

Interpellé en état d’ivresse, Jean-Vincent Placé s’est retrouvé dans un tourbillon médiatique. Sans tarder, son dernier message sur Twitter a été remarqué par des internautes. Il s’agit plus précisément d’un « retweet », publication d’une autre internaute relayée à ses propres abonnés. Quelques mots pour le moins… Prémonitoires.

Gardons le contact

streaming

D’un petit appart suédois aux dollars de Wall Street, la tornade Spotify bien partie pour tout souffler

thomas-deszpot

Le premier site de streaming français s’appelait Radioblog.  Fondé en 2005, il a mis la clef sous la porte deux ans plus tard, des suites de poursuites judiciaires entamées par les sociétés d’ayants droit. L’imprévu était revenu dans une longue enquête sur le parcours de ce site pionnier, rattrapé pour son flirt avec la légalité.

Face aux géants du streaming, il est délicat de développer un nouveau service. La Fnac en a fait l’amère expérience avec sa plateforme Jukebox. Lancée en 2014, elle a été arrêtée l’an passé faute d’utilisateurs. La Fnac a alors préféré s’allier avec Deezer, un acteur historique mieux armé dans le secteur.

Omniprésent, le streaming s’est imposé pour nos oreilles. Alors qu’il débarque en bourse, le leader du marché Spotify enchaîne pourtant les exercices déficitaires. À défaut de convertir en dollars leurs millions d’abonnés, les leaders du secteur peuvent au moins se réjouir d’avoir transformé le marché de la musique.

Attendre un train en période de grève, se laver les dents, faire son jogging le dimanche matin, autant d’activités que nous sommes nombreux à réaliser en musique. Avec leurs catalogues de plusieurs millions de titres, un service de streaming comme Deezer est devenu en quelques années un compagnon fidèle pour les mélomanes. Fort de son succès et de ses 71 millions d’abonnés payants à travers le monde, son concurrent suédois Spotify vit aujourd’hui un moment clé de son histoire. Leader mondial du marché, il signe en ce 3 avril son entrée en bourse à New York.

À l’automne dernier, les analystes tentaient d’estimer la valorisation de l’entreprise. Ils avançaient alors la somme de 23 milliards de dollars, une prédiction optimiste alors que Spotify perd de l’argent et n’a jusqu’à aujourd’hui jamais conclu le moindre exercice dans le vert.

données personnelles

Quand l’efficacité de Facebook prime sur ce que l’entreprise fait de nos données

claire-berthelemy

La mise en place de l’application Algopol en décembre 2013 permettait aux internautes utilisateurs de Facebook de visualiser leur réseau d’amis. De leurs côtés, les chercheurs étudiaient les interactions des différentes utilisateurs, des likes aux commentaires en passant par les profils.

Un énième scandale en matière de confidentialité semble ébranler Facebook. Comme un bis repetita, l’entreprise se met en branle et prend la mesure des évènements, poussée en cette fin mars par la Commission européenne. Vera Jurova, la commissaire européenne à la justice et à la protection des consommateurs, vient d’asséner son ultimatum : Facebook dispose de quinze jours pour apporter des réponses au piratage des 50 millions de données d’utilisateurs par Cambridge Analytica.

Depuis les débuts du réseau social en septembre 2006, bon nombre de critiques ont souligné le manque de confidentialité des données, Facebook n’en étant pas à son coup d’essai. Pour autant, il ne suffit pas que les utilisateurs soient au clair sur ce que récupère Facebook pour que les usages ou que le nombre d’utilisateurs en soit sensiblement modifié : à la fin de l’année 2017, Facebook comptait 34 millions d’utilisateurs chaque mois, contre 31 millions en mars 2016 selon les données du site.