Travail

Aux origines du mot travail, il y a un instrument de torture, trepalium. S’il résonne particulièrement aujourd’hui, le travail c’est aussi une façon de se construire, et de se définir dans notre société.

Les petites gouttes

Adèle, de la précarité de l’auto-entrepreneuriat à la sécurité de la fonction publique

elena-scappaticci claire-berthelemy

Après Amandine, Luc, Axelle et Grégor, la série documentaire dont nous sommes partenaires, Les Petites gouttes, nous embarque à la rencontre d’Adèle, hier écrivaine et éditrice, aujourd’hui cheffe de projet à mi-temps dans la fonction publique. Pauline Antipot, la réalisatrice, raconte comment et pourquoi, un jour, Adèle a quitté sa vie de freelance pour retrouver un travail salarié.

Adèle semble avoir fait le chemin inverse des précédentes Petites gouttes. Elle apparaît sûre de son choix, non ?

Quand je l’ai rencontrée, ce qui m’a marquée, c’est sa sérénité : elle était sûre de ses choix, et elle savait où elle allait. De toutes les Petites gouttes rencontrées, c’était la plus posée. Elle sait pourquoi elle est là. Avant, Adèle était auto-entrepreneure et associée avec des amis dans une maison d’édition. Avec son compagnon, ils attendaient leur premier enfant. Elle a dû prendre une décision et se mettre à mi-temps. Mais dire “j’arrête à temps plein” n’était pas évident.

justice

Justice d’instance : petites affaires, grands enjeux

elena-scappaticci

Les Tribunaux d’instance ont été les plus violemment touchés par la réforme de la carte judiciaire de 2007. On comptait 478 TI en 2007, et, entre cette année-là et 2017, 178 ont été supprimés. Qu’on se rassure, la carte en compte 7 petits nouveaux depuis!

Contribuer à L'imprévu, c'est soutenir un média libre et indépendant

Devenez lecteur-membre

Moins médiatisés que leurs illustres collègues, les juges d'instance n'en sont pas moins essentiels à l'exercice de la justice au quotidien. Contre une vision de la justice hors-sol, désincarnée, ils défendent coûte que coûte une vision de celle-ci plus proche des hommes et des territoires. Mais le ministère de la Justice en a décidé autrement. Depuis 1958, date de suppression des juges de paix, la  mode est plutôt à la concentration des moyens et à la suppression des tribunaux. Au risque de dénaturer leur mission de proximité ?

Difficile de trouver des juges témoignant à visage découvert. Dans la magistrature, le devoir de réserve n’est pas une vaine expression. Tout comme la fidélité à sa hiérarchie. Cette culture du secret n’a été rompue qu’à de rares exceptions. Pourtant, la semaine dernière, 250 juges d’instance regroupés en un collectif ont décidé d’adresser une lettre ouverte au Premier ministre, Édouard Philippe, et à la ministre de la Justice, Nicole Belloubet. Paru dans Libération, le texte s’alarme de « la fermeture des tribunaux d’instance », perçue par les magistrats comme l’ultime manifestation de la logique de concentration des lieux de justice à l’oeuvre depuis cinquante ans.

Leur inquiétude semble partagée par l’ensemble de la profession judiciaire, dont une partie a décidé de faire grève mercredi dernier pour dénoncer le projet de réforme de la justice, présenté cette semaine en conseil des ministres. Tribune dans un quotidien national, manifestations, grève et slogans relayés sur les réseaux sociaux… Autant de moyens destinés à attirer l’attention des médias sur la justice d’instance, souvent négligée au profit d’affaires judiciaires plus flamboyantes. « La justice d’instance, c’est un peu moins sexy que la cour d’Assises », m’explique un juge ayant souhaité rester anonyme. « Nous ne traitons ‘que’ des petites choses du quotidien, mais je pense que ces petites choses sont tout aussi importantes pour la paix sociale. »

Continuez la discussion avec nos journalistes

En tant que lecteur-membre, vous avez accès à un groupe de discussion privé, sur Facebook, avec nos journalistes de la rubrique Travail. Une idée de sujet à proposer ? Envie d'échanger avec les autres lecteurs-membres ou d'en savoir plus sur la fabrication d'un article ? Nous sommes impatients de vous lire.

L’info en contexte

Bienvenue sur L'imprévu, le média qui remet l'information en contexte. Nos journalistes retracent l'histoire récente des sujets à la une des médias. Tous nos articles sont en accès libre et sans publicité. Et cela, c'est grâce à nos lecteurs-membres.

inégalités

Sélection à l’université : « une extension du domaine du concours »

elena-scappaticci

La réforme de l’université fait débat : doit-on oui ou non imposer une sélection à l’entrée dans l'enseignement supérieur, au risque de laisser bon nombre d'étudiants sur le pavé ? Pour Annabelle Allouch, sociologue et auteure de La Société du concours, L'empire des classements scolaires, aucun doute possible : cette réforme s'inscrit dans un processus d'évaluation bâti sur le mérite individuel qui contamine non seulement l'école, mais aussi le monde du travail, sans se soucier des biais sociaux qui faussent ces procédés de sélection.

La sélection à l’université perpétue-t-elle les inégalités ? C’est en tout cas la thèse défendue par Annabelle Allouch, maîtresse de conférence en sociologie à l’Université de Picardie – Jules Verne et auteure de La Société du concours, L’empire des classements scolaires (Le Seuil, septembre 2017).  À l’heure où son éventuelle mise en place ressurgit dans le débat public, entraînant l’occupation de plusieurs universités par des étudiants en colère, la chercheuse dénonce la contamination progressive de la logique de classement propre aux Grandes Écoles à l’ensemble de la société. Évaluation de la performance, New Public Management, concours télévisés… La notation s’étend progressivement  au point de devenir la principale mesure du mérite individuel, sans qu’on s’interroge suffisamment sur les moyens déployés pour freiner la reproduction des inégalités dans l’accès à l’enseignement supérieur et aux postes qualifiés. Décrypté en son temps par Pierre Bourdieu, glorifié par un Nicolas Sarkozy ou un Emmanuel Macron dans leurs discours, l’idéal méritocratique qui sous-tend cette passion française pour les concours est ici décrypté à l’aune de sa récupération par la doctrine néo-libérale et ses apôtres.

Gardons le contact

Les petites gouttes

Luc, du consulting à la gestion d’une résidence d’artistes

la-rédaction

En voyageant à travers le pays à la rencontre de petites gouttes pour façonner son documentaire, Pauline Antipot, la réalisatrice a croisé le chemin de Luc. Cet ancien consultant en stratégie des entreprises gère aujourd’hui un lieu culturel dans le Gers. Rencontre avec la quatrième petite goutte.

Après avoir passé quelques temps au Mexique dans le cadre d’un volontariat international en entreprise (VIE), Luc est rentré en France pour travailler en stratégie des entreprises. Un soir qu’il discutait avec des amis, ils ont décidé de créer un lieu de résidence d’artistes dans le Gers. Aujourd’hui, sur un domaine de 1000 m2, il accueille divers projets culturels, tandis que trois à quatre mois par an il enfile de nouveau son costume de consultant pour aider les entreprises à optimiser leur chiffre d’affaires.
Découvrez l’épisode 4 de la série documentaire Les petites gouttes

Retrouvez les articles en lien avec la série documentaire Les petites gouttes :

Perte de sens au travail : ces utopies concrètes qui renouent le lien entre emploi et nature

L’oisiveté ne fait pas partie des valeurs de notre société

D’une agence de com’ à un atelier de poterie, le grand écart d’Amandine, « enfin libre »

Pour chacun la difficulté est de définir ce qu’est le travail

justice

Réforme de la justice : les tribunaux toujours plus éloignés de la proximité?

elena-scappaticci

-36%
L'évolution du nombre de tribunaux d’instance entre 2007 et 2015 Partager sur twitter

Cour des comptes, Rapport public annuel 2015